Été

Il est en vacances. Pas elle. Quand elle rentre le soir, il est content de sa journée. Il aime le calme. C’est un peu vexant, d’ailleurs. Il en profite pour faire un de ses fameux nettoyages de printemps. Bon, en plein été, mais c’est le même principe. Elle appréhende un peu à chaque fois. Tout ce qui traîne y passe, le tri est minimal. En général, elle fait attention à mettre certaines choses à l’abri. Il fait les placards, traquant ce qui est périmé ou qui va l’être bientôt. Il vide le frigo pour le nettoyer, dégivre le congélo… Les magazines qui ont plus de deux semaines, pouf ! à la trappe. Il garde juste les National Geographic et les Courrier International. Il ne les relit quasiment jamais, mais au cas où. Elle, son bazar organisé, elle le retrouve sens dessus dessous. Il lui parle de zen et de feng shui, elle pense surtout qu’il est un peu maniaque. Une place à chaque chose, chaque chose à sa place… C’est un peu rigide, quoi.

Mais au moins, il fait bien la cuisine, ça sent toujours bon quand elle revient. Il a le temps, hein. Il fait ses petites courses entre deux tours à la déchèterie, après son petit ménage. Elle pense qu’elle va lui trouver un tablier de cuistot, ça le fera marrer. Ou pas. Elle oui, en tout cas. Il est plein d’énergie quand elle rentre, plein d’attentions. Elle, elle est crevée. Il fait trop chaud au bureau, ça la fatigue. Les clients sont casse-pieds, sa cheffe est pire —le divorce se passe mal— ce n’est pas une bonne période. Elle pense aux vacances qui arrivent bientôt. Elle a hâte. Changer d’air, se retrouver tous les deux, dormir, rester traîner au lit toute la journée, se faire des bisous, des câlins… Oui, elle a hâte. Ça fera du bien à son humeur aussi, qui est plutôt du côté « massacrante » du cadran.

C’est sans doute pour ça qu’elle est en travers de ses genoux, encore. Elle a fait la tête toute la soirée, et il n’a pas aimé. Elle a peut-être eu des mots un peu déplacés, aussi. Enfin, c’est vrai qu’il faisait un peu chier, quoi…

« Pardon ?! »

Ah. Elle a pensé tout haut.

« Non, je veux dire… Euh…

— Tu veux dire que je te fais chier, oui.

— Non, puis euh, suer, hein, s’il te… Aaaaaaïe ! »

Elle l’a bien sentie, celle-là. Les robes d’été, ça ne sert à rien. Il la tient en place. Sa main continue son va-et-vient. Droite, gauche, droite, gauche… Apparemment, le ménage, ça muscle. Il a le sens du rythme, en plus, un vrai métronome.

« Tu ne manques pas d’air, Julie…

— Mais non mais…

— Mais quoi ?

— Je le pensais pas, je… euh…

—  Tu pensais tout haut, non ?

— Oui…

— Mais tu ne le pensais pas ?

— Hum…

— Je t’écoute ?

— C’est pas ce que tu crois…

— Ah non ? Ce n’est pas de moi que tu parlais ?

— Euh… Je peux te mentir ? »

Il relève la robe d’un geste brusque. Apparemment, la réponse est non. Elle sent juste le petit coup d’air frais sur ses fesses déjà roses. Elle n’en profite pas longtemps. Il passe un doigt le long de sa culotte pour la rajuster —l’esthétique, il aime— et il recommence à la fesser.

«  Je sais que tu es fatiguée…

— Oui…

— Mais ça n’excuse pas tout

— Je sais…

— Ça ne te donne pas le droit d’être désagréable.

— Je sais…

— Insolente… Insultante… »

Il ponctue ses mots de claques bien senties, à pleine main. Elle aime caresser ses bras, elle aime sentir ses muscles sous sa peau, mais là, elle sent bien le poids desdits muscles derrière la main qui tombe sans relâche sur sa croupe.

« Tu me fais mal…

— Tu crois ?

— Voui…

— C’est peut-être voulu…

— Oh bah non, c’est pas ton genre…

— Et c’est quoi, mon genre ?

— Le genre ours…

— C’est-à-dire ?

— Ben… Bourru, poilu, mais tout doux…

— C’est une peluche que tu veux, en fait ?

— Ah bah aussi, oui… »

Elle gémit. C’est bien gentil de faire de l’humour, mais pendant ce temps-là, il ne ralentit pas la cadence, et il ne faiblit pas. La muscu, c’est fini ; elle va lui dire. Elle tient un minimum à ses fesses.

« S’il te plaît…

— Je t’ai dit que c’était fini ?

— Non…

— Alors, tu pense que tu as été assez punie ?

— Je… Si je dis oui, tu ne vas pas être content…

— Tu commence à avoir l’habitude, hein…

— Oui…

— Tu crois que c’est une bonne chose, Julie ?

— Non… Mais…

— Mais ?

— Je suis beaucoup plus sage qu’avant…

— Oui…

— Et je suis fatiguée…

— Moui…

— Alors, euh… Un peu de clémence, ce serait bien…

— Ah, tu crois ?

— Oui… Puis… ce n’était pas si grave…

— Ah. C’est toi qui décide de ce qui est grave ou pas, alors ?

— Non, non… »

Il joue avec l’élastique de la culotte.

« Non, s’il te plaît… Je serai sage, je serai toute gentille…

— C’est ce que tu dis à chaque fois…

— Je te le promets… »

La culotte descend.

« Non… Non, s’il te plaît… »

Elle la sent glisser le long des ses fesses, le long de ses cuisses. Elle gémit.

« C’est pas juste… »

Il la retire complètement et lui claque les fesses une dernière fois.

« Au coin.

— Quoi ?

— Tu m’as très bien entendu.

— Mais pourquoi tu me l’as enlevée ?

— Parce qu’à partir de maintenant, tu n’en porteras plus.

— Hein ? Ah non ! Il fait chaud, je suis en robe ou en jupe tous les jours, là…

— C’est ballot, hein ?

— T’as pas le droit…

— Ah non ?

— Non…

— T’es sûre ?

—…

— Je me disais bien.

— Mais…

— Oui ?

— Jusqu’à quand ?

— Au moins jusqu’aux vacances…

— T’abuses…

— T’adores ça.

— Oui mais t’abuses quand même…

— Il me semble que je t’ai dit d’aller au coin.

— Je suis bien sur tes genoux, au final…

— Ah oui ?»

Il lui caresse les fesses, doucement. Elle fait la grimace et frémit un peu. Les cuisses, les hanches. Elle soupire doucement, un sourire aux lèvres.

« Oui…

— Tu crois que de la crème ça pourrait aider ton humeur ?

— Peut-être, hein…

— Et plus de caresses ?

— Ah bah oui, hein…

— Et quoi d’autre ?

— Ben… Ma culotte ? »

Il lui passe la main entre les cuisses.

« Si c’est pour la salir, jeune fille, ce n’est pas la peine… »

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s