Rien de rien

« T’abuses…

— Moi j’abuse ?

—Voui…

—Et en quoi, s’il te plait ?

—Euh, mes fesses ? 

—Oui, et ?

—Et tes mains qui les tapent, mes fesses !

—Je vois toujours pas en quoi j’abuse ?

—J’ai rien fait !

—Ah oui ?

—Rien…

—Ah bah c’est un comble… 

—Bah oui, hein… Cette fessée, là, c’est de l’abus !

—Mmmhm… »

Sa main s’abat une fois de plus sur la croupe déjà rougie de la demoiselle.

« Mais arrête ! 

—De ?

—De me fesser !

—Non.

—Mais… !

—Mais rien du tout, Julie. »

Une autre claque, plus forte.

« Mais si ! Arrête ! J’ai rien fait !

—On est d’accord.

—Tu te fiches de moi, Thomas ??

—Ah non, je te prends très au sérieux, ma chérie… »

Il attrape sa culotte et la baisse en deux mouvements secs qui font rebondir les petites fesses de sa victime. Elle s’agite et remue, ce qui ne fait qu’amplifier le spectacle qu’il apprécie. Il la fesse de nouveau, à pleine main, laissant une marque brûlante. Elle gémit.

« Maaaais ! C’est pas juuuuste ! 

—Tu n’as rien fait, oui oui…

—Alors arrête !

—Non.

—Thomas…

—Tu n’avais rien à faire ?

—Quoi ? »

La claque la fait bondir. Sur le haut des cuisses, sèche et soudaine.

« Tu m’avais promis que tous tes dossiers seraient bouclés, oui ? »

Elle ne dit rien. Une autre claque. Une autre, cinq, dix.

« Oui ! 

—Oui quoi, Julie ? 

—Oui, j’avais promis… 

—Et ?

—…

Et ?

—J’ai rien fait…

—Vu le pot de glace vide, les canette de coca et l’état du salon, t’as passé la journée devant la télé, je me trompe ?

—Non…

—Non quoi ?

—Non tu te trompes pas… 

—Et donc, cette fessée, tu la mérites ?

—Bah oui mais…

—Mais quoi ?

—C’est pas de ma faute…

—Ah oui ?

—C’est de la faute à Netflix…

—Ah ça, quand tes fesses seront de la couleur du logo, on verra ce que t’en dis ! »

Elle fait la moue.

« Tu vas pas annuler l’abonnement, hein ?

—Oh non, t’en fais pas, tu regardes tes séries, et moi je profite d’un autre spectacle… »

Sa main frappe, Juli sens ses fesses qui gigottent. Clairement, il y gagne, le saligaud.