Aux francophones de passage!

Tout d’abord, mes excuses à celles ou ceux tombés sur ce blog par hasard, en tapant “fessée” dans un moteur de recherche ou que-sais-je, et déçus de ne trouver que des textes en anglais ici. A dire vrai, le public anglophone est tout simplement, et très logiquement plus large… C’est vénal, je sais… Mais je voulais également me frotter un peu à la langue de Shakespeare et voir si je pouvais enchanter d’autres publics que celui de ma langue maternelle. Pari en suspends pour l’instant mais les retours sont positifs et je m’en réjouis!

Néanmoins, j’ai voulu inclure cette référence à la langue de Molière dans la tagline (ironie!) quand j’ai créé ce blog il y a peu, car je ne renie pas la possibilité d’y mettre aussi des textes en français, qu’ils soient originaux ou de simples traductions de ceux en anglais. J’avais pensé faire une version totalement bilingue du blog, mais cela me semble être beaucoup de travail pour un résultat pour le moins incertain. J’espère que les gribouillis que je poste vous plaisent, quand bien même vous ne saisiriez pas leur contexte.

Reste que s’il y en a parmis-vous qui seraient intéressés de me lire en français plus souvent, n’hésitez pas à vous manifester, on publie pour être lu et servir son auditoire, n’est-ce pas?

Ses mains sans cesse et sans relâche
Passaient des claques à la cravache
De la ceinture au cruel fouet
Des canes souples au martinet
Il frappait encore et encore
Marquant sa peau, sa chair, son corps
Il la fessait, la punissait
Mais toujours d’un commun accord
Dans son intime il inscrivait
Son nom, jamais plus effacé
Son être entier lui confessaient
Son amour fou de la fessée
Son désir fou de la fesser

Advertisements